PROXIMO 
 

2013-03-15 Philippe Vaillancourt
[Pape] Beaucoup à découvrir sur François, assure un jésuite québécois

Les catholiques découvriront bientôt des facettes encore peu connues du nouveau pape François, assure le jésuite québécois Pierre Bélanger.

Après avoir évoqué la « surprise » et la « joie » de circonstance, l’assistant du supérieur provincial pour les jésuites du Canada français et d’Haïti s’est mis à rire lorsqu’on lui a indiqué qu’il y avait désormais deux papes jésuites. Le supérieur général de l’ordre est en effet parfois surnommé le « pape noir ».

« Disons que les relations devraient être bonnes entre les jésuites et le Vatican », croit le père Bélanger. « Mais après des relations plus difficiles avec Jean-Paul II, elles étaient meilleures avec Benoît XVI ».

La presse mondiale fait grand cas des supposés liens entre Jorge Mario Bergoglio et la dictature argentine lorsqu’il était lui-même supérieur provincial des jésuites, il y a quelques décennies. Pierre Bélanger soutient que de telles affirmations ne tiennent pas la route. Il admet cependant que certains de ses confrères jésuites gardent de lui le souvenir d’un homme dur.

« C’était la dictature. Il y avait énormément d’éléments à maintenir ensemble pour lui. Donc oui, il a eu une main forte et ferme. Peut-être même « dure », à cette période-là. Mais on ne peut pas l’accuser d’avoir livré ses confrères [à la dictature] », affirme le jésuite québécois.

Alors que le monde entier apprend à mieux connaître le nouveau pape, le père Bélanger croit qu’il sera heureux de découvrir un homme pour qui les dialogues œcuméniques et interreligieux sont importants. En Argentine, il a réussi à créer une table tripartite à laquelle prennent part les catholiques, les juifs et les musulmans, un tour de force selon lui.

Pierre Bélanger croit également que le regard bienveillant que porte l’ancien archevêque de Buenos Aires sur la religiosité populaire pourrait faciliter le contact entre l’Église et les gens simples. « Il prend acte du besoin ressenti de ne pas faire du catholicisme une religion seulement pour des gens qui discutent », résume le religieux.

Ces aspects, connus davantage des jésuites, émergeront probablement au cours des prochains jours alors qu’on apprendra à connaître davantage le pape François, assure-t-il.