Secrétariat pour la Justice Sociale et l'Écologie de la Compagnie de Jésus

Headlines 2013-04

                                                      FRA 18 avril 2013

...pour échanger les nouvelles de justice sociale et d'écologie, stimuler les contacts, 
partager la spiritualité et promouvoir le travail en réseau...

Récit

 

Les miracles sont possibles!

 

Les détenus du  seul 'centre de détention ' slovène, lequel je visite une à deux fois par semaine, m'atteignent au plus profond de mon être et  soulèvent en moi  des émotions puissantes. Le temps de ma visite est toujours un moment spécial pour moi. Les détenus sont des personnes affectées par les lois slovènes et les directives européennes sur l'immigration en Slovénie, lequel est un des pays  (soi-disant) Schengen en Europe. Les rencontrer me donne la chance d'offrir quelques mots d'espoir et de consolation lorsqu'ils sont découragés ou déprimés à cause des difficiles conditions du centre de détention. Les écouter et exprimer ma compréhension et ma compassion m'apporte la paix. C'est aussi un temps de paix sereine intérieure alors que je tente de rendre témoignage de l'amour de Dieu pour chacun, sans barrière de race, de religion ou de nationalité.

 

J'aime rencontrer les gens et je me rends à ce centre de détention en particulier depuis déjà 6 ans. C'est un privilège et tout un défi de rencontrer les détenus en provenance de tous les coins du monde. J'ai rencontré des personnes qui arrivaient surtout d'Asie, d'Afrique  et d'Europe, et presque tous non citoyens européens. Mais j'ai également rencontré des gens des États-Unis et d'Amérique latine qui ont été détenus ici. Peu après  mon Troisième an passé au Chili, j'ai été surpris de trouver un Chilien avec qui je pouvais parler. Il avait été arrêté par la police slovène. Je n'avais pas imaginé rencontrer personne du Chili dans un centre de détention.

 

Je reste toujours étonné d'entendre les réponses à ma question : « Pourquoi les gens choisissent-ils la Slovénie comme porte d'entrée dans la communauté européenne? La Slovénie est encore considérée par plusieurs comme un pays de transit vers les autres pays liés par l'accord Schengen au sein de l'Union européenne, comme l'Allemagne, l'Italie et la France et où de nombreux détenus ont de la famille et des amis. Ils viennent espérant trouver un emploi dans ces pays, ignorant la grave crise économique qui sévit en Europe actuellement. Certains disent mêmes qu'ils ne savaient pas où se trouvait la Slovénie lorsqu'ils ont été arrêtés par la police de ce petit pays d'un peu plus de  deux millions d'habitants.  Parce qu'ils sont sans papiers valides, ils ont été envoyés en centre de détention afin de procéder à leur identification et éventuellement les déporter vers d'autres destinations.

 

Chaque détenu a une histoire de vie à partager. Toutefois, lorsqu'ils sont arrêtés et envoyés au centre, leurs chemins de vie semblent bloqués. Ils sont pris  dans ce centre qui leur semble une prison parce que leurs mouvement sont limités et qu'ils  ne peuvent pas en  partir. Ils ne semblent pas savoir quoi faire  ni à quoi s'occuper parce que leurs vies ont été interrompues par des restrictions qu'ils n'avaient pas imaginées. Certains sont sous le choc, ils étaient si près du but mais n'ont réussi à l'atteindre. D'autres sont pleins d'espoir et disent que Dieu les aidera à franchir les obstacles. Ils sont forcés de faire face aux conditions de vie difficiles du centre de détention pendant qu'ils attendent plusieurs semaines, voire des mois, pour enfin être libérer de ces entraves. L'accompagnement  et le service auprès de ces réfugiés, le fait de  partager leur tristesse, leur découragement, leur colère, les échecs, leur fragilité et leur complète vulnérabilité a été une expérience d'une grande richesse pour moi et pour les autres bénévoles avec qui je travaille.

 

Cela me bouleverse de voir tant d'Afghans quitter leur pays en quête de paix et de meilleures conditions de vie. Cela me touche profondément d'entendre les jeunes Afghans me partager les nombreuses difficultés- voire  les risques mortels- qu'ils ont dû affronter pour rejoindre la 'terre promise'  appelé l'Europe. En pensant à l'Afghanistan, je me demande comment un pays peut progresser  et se développer après tant de décennies de guerre? Quand une paix véritable s'instaurera-t-elle dans ce pays? Quand la population pourra-t-elle vraiment choisir sa destinée? Œuvrer pour des solutions justes et durables est le seul moyen d'aller de l'avant.

 

Un miracle spécial est survenu au centre de détention en 2008, lorsqu'une chambre du silence - la première  en Slovénie  -- a été inaugurée pour les personnes des différentes confessions  religieuses, afin qu'elles puissent y prier. Je m'occupe du soin pastoral des catholiques, mais  cette chambre est aussi utilisée par les musulmans et par les orthodoxes. Les 50 km qui séparent le centre de détention de Ljubljana - la capitale de la Slovénie où je réside - constituent une belle opportunité pour réfléchir  et prier pour ces personnes afin qu'elles trouvent la force de supporter la vie quotidienne au centre de détention et afin que Dieu leur  montre la route à suivre. L'amour de Dieu inspire des cœurs à le chercher et à le trouver - et ce même en centre de détention. Oui, des miracles se produisent ici!

 

Robin Schweiger SJ

 


Nouvelles en bref

 

République démocratique du Congo - Initiative des Jésuites contre les armes qui alimentent la crise dans la région des Grands Lacs

 

 

Des représentants du Réseau mondial de plaidoyer ignacien (GIAN), du Réseau africain des centres sociaux jésuites (JASCNET), du Service jésuite pour les réfugiés de la région des Grands Lacs, du Service jésuite pour les réfugiés d'Afrique orientale, du Réseau jésuite africain contre le SIDA, (AJAN) et de l'Institut  d'Hekima pour la paix et les relations internationales (HIPSIR) se sont réunis à Nairobi (Kenya) du 24 au 28 mars afin d'évaluer les initiatives à entreprendre en vue d'une action commune de sensibilisation concernant la crise dans la région des Grands Lacs. L'initiative relève du Réseau de GIAN pour la paix et les droits humains.

Depuis près de 20 ans - affirme le communiqué - des conflits et des guerres frappent des millions de femmes, d'enfants et d'hommes dans la région des Grands Lacs. Dans l'est de la RDC, deux millions de personnes continuent de souffrir à cause d'importants déplacements de populations et de violations quotidiennes des droits humains, se traduisant par des violences sexuelles et par le recrutement d'enfants soldats.

Malgré des initiatives internationales pertinentes pour réagir face au conflit  (principalement menées par les Nations Unies et la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs), aucune mesure significative n'a été prise pour  s'attaquer aux causes premières du conflit. La réalité quotidienne dans la région continue d'être marquée par la mort et les nombreuses violations des droits humains à l'encontre de la population ainsi que par les grands déploiements d'urgences menées par les organisations humanitaires.

Les institutions jésuites qui se sont rencontrées à Nairobi pensent que le temps est venu de mettre en place un système de plaidoyer efficace (advocacy) pour mettre fin au conflit. C'est pourquoi elles se sont entendues pour collaborer et unir leurs efforts afin de développer une stratégie commune de plaidoyer (advocacy). Pour de plus amples informations....

 

Asie-Pacifique - Groupe de travail pour la réconciliation avec la création

 

 

De concert avec la Journée internationale de l'eau, le 22 mars, le groupe de travail sur la réconciliation avec la création de la conférence Asie-Pacifique a incité les Jésuites et leurs collaborateurs à devenir plus conscient de leur responsabilité envers le monde  que Dieu a créé. Le besoin de porter notre attention sur la question de l'eau est évident considérant également que les Nations Unies ont déclaré 2013 comme étant l'année de la coopération dans le domaine de l'eau.  Selon le Père Pedro Walpole SJ, coordonnateur pour la réconciliation avec la création, « le Père Général Adolfo Nicolás SJ, dans le documentGuérir un monde brisé,  a demandé aux Jésuites et à nos institutions de comprendre notre relation avec notre environnement comme étant à la fois sacrée et écologique, nous appelant ainsi à une plus grande responsabilité et réconciliation. » Cette initiative est en lien avec le réseau GIAN pour l'écologie. Lisez davantage....

 

Analyse de la situation en Amérique latine - Une évaluation de la démocratie dans la région

 

Le Centro Gumilla (Caracas-Venezuela)  vient de publier la dernière analyse sur la situation en Amérique latine, mettant l'accent, cette fois-ci, sur la santé démocratique de la région.  Ces analyses  trimestrielles sont un effort conjoint des centres sociaux latino-américains. La dernière analyse  est le condensé de deux chapitres de l'enquête menée par José Virtuoso SJ et Ángel Álvarez. Celle-ci peut-être téléchargée ici...

 

AJAN - En route vers un système de plaidoyer (advocacy) régional

 

À l'occasion de la rencontre sur le plaidoyer d'AJAN, dix-sept personnes, Jésuites et collaborateurs en provenance de 10 pays sub-sahariens engagés dans le ministère contre le SIDA, se sont rencontrés du 2 au 5 mars dernier  au Centre spirituel Emmaüs au Burundi. Bien que des Jésuites, à titre individuel, ainsi que des projets soit déjà engagés dans une action de plaidoyer au plan local et national, AJAN désire désormais mettre en place des campagnes coordonnées au plan régional. « Avec ses nombreux projets, AJAN est mieux placé pour une action à long terme et pour effectuer ce travail qui demande courage et compétence, » nous a confié l'un des participants, le Père Jean-Simon Ratsimbazafy SJ, qui dirige un projet SIDA dans un district rural isolé de Madagascar. Cette rencontre visait et a réussi à développer des plans de plaidoyer partagés dans  trois domaines en particulier : accessibilité aux traitements, les orphelins et les enfants vulnérables ainsi que la violence sexuelle. Pour en savoir davantage...

 

GIAN- Écologie : De l'eau pour tous

 

Le monde reconnaît une fois de plus que l'eau est à la base de toute vie. De l'eau pour tous consiste en une vision mondiale intégrée du développement humain et du soin porté à l'environnement, plutôt qu'une utilisation fragmentée des ressources. Le grand défi reste à assurer la sécurité  des besoins en eau pour le grand nombre qui n'y a pas accès et à responsabiliser davantage les industries au fur et à mesure qu'elles se rendent compte de la valeur de l'eau pour assurer la production. Le réseau GIAN pour l'écologie recueille les expériences des différentes régions. Le défi pour le réseau est de coopérer afin d'ébaucher une vision mondiale du développement humain et du soin de la création.  Les Jésuites sont encouragés à : a) collaborer avec d'autres pour le nettoyage des cours d'eau, b) encourager les efforts étudiants et l'engagement des jeunes dans une utilisation responsable de l'eau, c)partager les initiatives et le développement des ressources pour la coopération dans le domaine de l'eau, avec EcoJesuit  (www.ecojesuit.com). Pour lire sur la question...

 

États-Unis - Audiences du 10 avril 2013 sur la réforme de l'immigration

 

Le père Sean Carroll SJ, directeur exécutif de l'Initiative frontalière KINO (KBI), un ministère humanitaire binationale de la Compagnie de Jésus, a témoigné le 10 avril dernier,  lors d'une audience publique du Congrès sur la réforme de l'immigration. Le père Carroll a parlé du coût humain du présent système de l'immigration dont sont témoins le personnel et les bénévoles qui œuvrent au Centre d'aide   pour les immigrants déportés de l'Initiative frontalière KINO.   Selon le directeur des politiques de la Conférence jésuite, cela constitue  une grande opportunité pour les membres du Congrès de faire entendre leurs voix, particulièrement  ceux qui représentent un grand nombre  d'immigrants, ceux qui  représentent des districts frontaliers ainsi que ceux qui sont fortement touchés par cette question. Pour en savoir davantage...

 

GIAN Éducation - Campagne mondiale pour l'éducation

 

 Depuis l'an 2000, le monde a fait des progres intéressants pour permettre à des dizaines de millions d'enfants d'aller à l'école - mais en 2008, le progres c'est arrêté. Aujourd'hui, 132 millions d'enfants sont exclus des écoles primaires et du debut du secondaire et ont très peu d'espoir  de jamais apprendre à libre ou à écrire et peu  ou pas d'espoir de briser le cycle de la pauvreté. On a besoin de s'assurer que chacun de ces enfants a accès à un professeur qualifié. Toutefois, il existe un manque criant de professeurs. Afin de permettre à chaque enfant de faire son école primaire, nous avons besoin de 1,7 millions de professurs en plus de ceux déjà existants; 1 million de plus en Afrique seulement. De plus, on doit s'assurer que chaque nouveau professeur, et chaque professeur déjà en place  a reçu une formation initiale de qualité et a accès à de la formation continue.  Le réseau de GIAN Éducation fait la promotion d'une campagne mondiale pour l'éducation au cours de la Semaine d'action mondiale, du 21 au 27 avril 2013. Pour lire sur le sujet...

 

Asie du Sud - Déclaration d'orientation  pour les Jésuites en action sociale

 

Une trentaine de Jésuites de l'Inde ainsi que quelques uns de leurs collaborateurs, invités par le Secrétariat  de JESA, se sont rencontrés du 15 au 17 mars 2013 à l'institut social indien de New Delhi afin de délibérer sur l'avenir de leur mission dans l'environnement changeant de l'État indien et afin d'identifier des zones et des méthodologies   pour des interventions efficaces et une collaboration avec les institutions, les mouvements, les citoyens et la société civile. Après la rencontre,  ils ont émis une déclaration d'orientation pour les Jésuites en action sociale où ils abordent  le défi  du contexte dans lequel ils travaillent, les inquiétudes troublantes qui en  émergent; ils ont partagé quelques unes des réalités qui sont pour eux des signes d'espérance et ils ont proposés des stratégies d'actions. Pour lire sur le sujet...