De l’attente à l’espérance!

Le temps de l’Avent nous invite à l’attente. Soit, mais l’attente n’est pas toujours gage de succès! On attend parfois en vain, surtout lorsqu’on ne sait pas vraiment ce que l’on attend. Le temps de l’attente est parfois aussi un temps vide, anxieux, passif qui ne trouve de sens qu’en une venue finale qui en efface le néant.

Le temps de l’Avent nous invite à l’espérance! L’espérance ressemble à l’attente, mais déjà elle est habitée par un désir. L’espérance nous mobilise, nous tend vers le but, comme la corde de l’arc se tend pour propulser la flèche. L’espérance nous met déjà comme en possession de l’objet attendu, nous ouvre à sa joie!

Que notre Avent soit espérance est d’autant plus important lorsque le jour décline et nous pousse à l’assoupissement. C’est ce que nous rappelle la parabole des veilleurs, qui a ouvert cette saison; s’il est facile (et même superflu!) de veiller en plein jour, c’est lorsque la nuit vient que le fait d’être vigilant prend tout son sens. Et déjà, au cœur de cette espérance, l’enfant de la Promesse prendra chair en nous pour habiter ce monde.

Joyeux Avent!

Bookmark the permalink.

Comments are closed.